Comment les entreprises peuvent-elles relier performance économique et progrès social ?

Notre économie n’est plus viable, les taux de chômage et le mal-être des salariés nous le prouvent aisément. Aujourd’hui, si une entreprise veut être pérenne, elle doit tenir compte du social, c’est à dire des attentes des salariés envers leur entreprise, de leur potentiel et de l’évolution de la demande des consommateurs.  Il est temps de créer des emplois durables ! Ces emplois sont ceux qui respectent l’environnement et qui évoluent en fonction des demandes des consommateurs, ce qui suppose une formation continue.

Créer ces emplois, c’est l’engagement qu’ont pris les trois entrepreneurs André Dupon, Président de Vitamine T et de Mouves, qui est la référence locale du Nord-Pas-De-Calais dans le domaine de l’emploi durable. Le Dr Wiebe BOER, PDG de la Fondation Tony Elumelu, qui lutte pour instaurer des « vrais emplois » au Nigeria. Catalina Garcia Gomez, Directrice de communication et du Développement Durable de SAB Miller, qui donne l’opportunité à des milliers de personnes du monde entier, d’avoir un commerce viable.

View image on Twitter

« Le langage de la preuve » 

Lorsque l’entreprise Brandt dans le Nord de la France a du fermer sa production, des centaines de personnes se sont retrouvées au chômage et avec des compétences industrielles de travail à la chaîne. Vitamine T est alors intervenue, reprenant 130 des anciens employés de Brandt pour lancer une entreprise de traitement des déchets électriques, une activité de valorisation en pleine expansion, et cela sur l’ancien site de Brandt. Cet exemple illustre exactement comment une entreprise peut créer des emplois qui ont de l’avenir, tout en répondant à une demande écologique et en générant du profit, une certaine forme de l’économie circulaire.

Un concept que le Dr Wiebe Boer connait bien et qu’il applique au Niger. En effet, le pillage des ressources et des matières premières empêchent l’économie et l’emploi de se développer. Il forme alors les nigériens à valoriser leurs ressources et leurs matières premières, un exemple vertueux d’accès à une activité, gage de stabilité pour la population et d’épanouissement pour chacun.

Enfin, à travers l’entreprise SAB Miler, Catalina Garcia Gomez aide de petits commerçants à être viable. En effet, elle leur propose de vendre les bières dont les bouteilles sont fabriquées par son entreprise et de leur donner en échange une formation marketing afin de les aider à pérenniser leur commerce. Elle leur apporte également une véritable coopération, son mot d’ordre : « work together ». Ce dernier exemple prouve qu’Economie et Social font bon ménage car en aidant ces gens, Catalina Garcia Gomez ouvre à son entreprise un autre marché ce qui augmentent donc à la fois le niveau de vie de ces personnes et le profit de l’entreprise.

Justine CRETEUR TOIA – World Forum Lille 2013

8 Responses to Comment les entreprises peuvent-elles relier performance économique et progrès social ?

  1. biu

    Un travail d orfevre, merci pour le plaisir.

  2. laura

    hiya 1q1r.fr admin discovered your website via yahoo but it was hard to find and I see you could have more visitors because there are not so many comments yet.

  3. agueda

    Encore merci pour ces infos

  4. gieyaj

    Merci pour cet article

  5. prage

    Que dire de cette lecture qui ma veritablement scotchez … sublime ?

  6. uqzl

    Continuez dans cette direction, c’est un veritable plaisir de vous suivre.

  7. gtug

    Continuez par la, c’est veritablement du bonheur de vous lire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>